Comment se motiver pour faire du sport ?| Les 4 Excuses les plus fréquentes

« Si seulement j’avais du temps pour faire du sport… »

« Si seulement j’étais moins fatigué le soir… »

« Déjà que je manque de sommeil, en plus faire du sport ?! »

La question n’est pas de savoir si vous avez du temps ou pas, ni de savoir comment trouver le meilleur moment pour faire du sport, ni même de savoir comment vous pourriez réorganiser votre quotidien pour vous libérer du temps…

La question fondamentale est : « Avez-vous réellement envie d’en faire » ? 

« Oui, j’ai envie de perdre un peu de poids », « J’ai envie de prendre du muscle », « J’ai envie de changer radicalement mon physique », « J’ai envie de me sentir mieux dans ma peau », « J’ai envie de porter les vêtements que je veux ». 

Toutes ces justifications sont tout simplement des envies, et non pas des décisions. Ce ne sont pas urgences, ce sont des sensations « sympas » à avoir, mais ne sont pas considérés comme des aspects fondamentaux.

Dans cet article, je vous présente les 4 excuses les plus fréquentes pour faire du sport, les comprendre, et comment les contourner.

Excuse n°1 : Dès que j’aurai le temps, je vais en faire.

L’humain est naturellement concentré sur une tâche lorsqu’il est convaincu qu’elle est fondamentale, essentielle.

Combien de fois avons-nous laissé les révisions de nos examens à la dernière minute ?

Tout étudiant a « envie d’avoir de bonnes notes », a « envie de réussir », a « envie de rendre son entourage fier de lui »

Mais lorsque les examens sont dans une semaine…puis trois jours…puis 48h, ce n’est plus une “envie de réussir”, mais une U-R-G-E-N-C-E.

Une décision ferme doit être prise, car sans elle, réussir l’examen qui est devenu à présent une tâche essentielle et fondamentale ne pourrait être réalisée.

Il est impressionnant de voir beaucoup de personnes en situation d’obésité ou d’autres qui abusent de la cigarette ne prennent la décision définitive de transformer leurs habitudes que lorsqu’une situation brutale leur arrivent sur le plan physique (Tension artérielle élevée, troubles cardiaques et respiratoires, dérèglements hormonaux, grand risque d’AVC et de diabète), Psychologique (irritation et frustration, dépression, mal être généralisé) ou Sociale (Acceptation sociale, bien être de la vie de famille menacé)

Ceux qui pratiquent le sport régulièrement ne le font pas car ils en ont envie, ils le pratiquent car ils en ont besoin.

Ce besoin naît de la compréhension profonde de la nécessité d’une activité physique.

Le pouvoir de la décision est important car c’est la décision qui vous permet d’avoir le pouvoir. La bonne nouvelle est que l’avez déjà, en vous.

Vous avez dès maintenant la capacité de prendre une décision.

Etape n°1 :  Comprendre le « Pourquoi » et Décider le « changement ».

Excuse n°2 : Je fournis des efforts, mais je ne vois pas de résultat.

« Nous construisons d’abord nos habitudes, puis nos habitudes nous construisent ».

John dryden

Aucun changement ne survient du jour au lendemain, strictement aucun.

Tout repose sur la continuité que vous affectez à vos entraînements. Pour beaucoup de sportifs autour de moi, l’activité physique est aussi naturelle que de se brosser les dents avant d’aller au lit.

Mais tous, sans exception préféraient passer du temps devant la télé le soir plutôt que de s’entraîner.

Personnellement, j’ai commencé à l’âge de 16 ans à raison de deux séances par semaine, je pratiquais les arts martiaux. Ce qui m’attirait dans le sport c’était l’environnement social que cela représentait. Une heure à courir, prendre des coups, faire des abdos, courir à nouveau, prendre des coups, faire des pompes n’étaient que l’effet secondaire du plaisir premier, celui de se retrouver avec des gens et dépasser ses limites physiques en leur présence. 

Peu à peu, j’ai adapté mon propre mon programme, j’ai éliminé ce qui me plaisait moins, en gardant ou en amplifiant ce qui me plaisait le plus en montant à 3 séances puis 4, puis aujourd’hui 5. Le tout est de rester flexible à l’écoute de son corps. 

Le corps humain est une formidable machine, vous le faite souffrir, il progresse, vous lui apprenez à stagner, il s’éteindra, il est à votre écoute, il vous suit, il progresse, avec vous. Les muscles suivent leur pilote, votre esprit.

« Vide ton esprit, sois informe. Informe, comme l’eau. Si tu mets de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. Tu mets de l’eau dans une bouteille et elle devient la bouteille. tu la mets dans une théière, elle devient la théière. Maintenant, l’eau peut couler ou elle peut s’écraser. Sois de l’eau, mon ami »

Bruce lee

 Les paroles de Bruce Lee sont pleine de bon sens, comprenez que vous n’avez pas besoin de faire tout de manière parfaite, mais commencez et rester constant dans vos efforts.

Etape n°2 :  Restez régulier.

Excuse 3 : J’ai déjà essayé d’en faire, mais ça n’a pas marché !

Vous aviez sûrement pris la décision ferme de pratiquer du sport auparavant.

Vous l’avez même pratiqué pendant plusieurs mois d’affilées. Puis vous avez abandonné, et ceci s’applique également aux nombreuses décisions pour suivre un régime.

Et vous avez abandonné.

Une décision n’est valable que si une exécution immédiate en résulte.

Le passé apporte son lot d’erreurs de leçons. Ça me rappelle d’ailleurs un ami très proche qui a réussi à perdre en 3 mois plus de 10 kg.

Il a entièrement transformé son physique en prenant la décision ferme le 1er Janvier 2017 de s’en tenir à ses objectifs.

Il a pris la décision d’oublier tout ce qu’il a fait auparavant, et de partir sur de nouvelles bases avec cette fois-ci une nouvelle règle : « Aucun intérêt à être parfait, la clé est d’être régulier ».

Pendant 90 jours, il a suivi son régime, fait ses entraînements ; Il a réduit considérablement ses glucides, baissé ses calories de 200 calories de ce que nécessite son métabolisme.

Pendant 90 jours, il a fait +60 séances de sport, les mouvements n’étaient pas parfaits, mais il avait une qualité : Il était là, à la salle de sport, avec sa serviette et sa bouteille d’eau.

Que la séance dure 45 minutes ou 120 minutes, il était là.

Et tout ça, en gardant une excellente qualité de vie, sans générer d’obsession.

Autrement dit, il a rien perdu, mais TOUT GAGNER.

Tout est perfectible, mais le fait d’être régulier vous ajoute du capital, il y a des journées où vous respecterez votre programme à 100 %, certains à 20 %, d’autres à 3%, voire même à 1%.

Assurez-vous de ne jamais atteindre le 0%, là vous perdez le rythme, votre décision n’est plus exécutée, et votre décision n’en sera plus vraiment une.

 

Le succès est le résultat d’un bon jugement. Un bon jugement découle du résultat d’une expérience. Une expérience naît généralement d’un mauvais jugement.

Anthony Robbins

J’ai la chance d’être l’oncle de deux magnifiques petites nièces.

Je me souviens lorsqu’elles essayaient de marcher pour la première fois, toute la famille prenait du plaisir à les voir faire leurs premières tentatives, leurs premiers pas qui n’étaient d’autres que leurs premiers échecs.

Lorsqu’un enfant décide de ne plus ramper et se lève enfin pour marcher, c’est cette période de l’enfance où l’on décide de prendre un risque et d’essayer de faire quelque chose de nouveau.

L’enfant sait qu’il va se lever, qu’il va tomber, mais  il continuera à essayer et c’est cela qu’on trouve fascinant.

Pendant que nous attendons le moment où l’enfant tombera, il focalise toute sa force et sa concentration sur le moment où il pourra aligner deux pas de suite, puis trois pas, puis 6…

L’instinct fait qu’il comprend qu’il ne pourra pas marcher sans tenir l’équilibre avec une table, ou un canapé à côté. Alors il  perfectionne sa marche en étant appuyé sur un support. Puis au moment où il se sent à l’aise, il  prend le risque de retirer sa main pour tenter quelques pas maladroits.

Malgré les nombreuses douleurs, les nombreuses tentatives, il a la conviction qu’il y arrivera.

Nous apprécions ce moment, car l’enfant apprend de lui-même, il a observé, et il tente de reproduire, au prix de la douleur et des nombreux échecs.

Il est logique d’échouer, échouer signifie essayer, essayer signifie une chance de réussir, essayer plusieurs fois signifie décupler ses chances de réussir. Et avec chaque tentative, nous apprenons de nos erreurs, et nous restons dans un processus continuel de changement.

Etape n°3 :  Vous n’avez pas besoin d’être parfait.

Excuse n°4: Oui mais le sport, c’est chiant.

La problématique est la suivante, vous associez l’activité sportive à une activité qui vous fait du mal, une activité désagréable qui vous apporte gêne et inconfort.

Tout ce que l’on fait dans notre vie est motivé par deux sentiments : Le plaisir ou la souffrance. 

Même lorsque vous donnez une pièce de monnaie à un mendiant, ce n’est pas un geste désintéressée, cela vous procure du plaisir car vous vous sentez bien après.

Vous savez pertinemment que le fait de pratiquer du sport va vous être bénéfique, que cela va vous permettre de mieux vous sentir mentalement et physiquement, que votre transformation vous permettra de vous sentir plus confiant, que vous allez enfin pouvoir porter cette tenue sans vous sentir mal à l’aise.

Qu’est-ce qui vous empêche de réaliser cela ? Qu’est-ce qui vous empêche de passer au niveau supérieur ?

C’est tout simplement le sentiment de souffrance que vous avez peur d’éprouver si jamais vous essayez puis échouez.

Ce qui me motive à faire du sport c’est me voir constamment progresser, voir pleins de gens au sport et discuter avec eux, partager une passion avec des millions de personnes, et tout ça en me disant que je prends soin de ma santé.

J’associe du plaisir à mon sport, je ne pense pas ni à la douleur, ni à la souffrance, ni encore moins aux courbatures que j’éprouve après chaque séance.

J’associe cet effort aux exceptionnels résultats physiques et mentaux qui en ressortent.

Soulever une barre de 100kg ou courir 10 km n’est pas simplement une performance physique, c’est la manifestation concrète de la force du mental sur la douleur physique.

D’ailleurs, les philosophes de la Grèce antique l’ont compris bien avant :

“Aucun citoyen n’a le droit de faire preuve d’amateurisme en matière d’entrainement physique… Quelle honte cela doit-il représenter pour un Homme de vieillir sans avoir jamais vu la beauté et la force dont son corps était capable
-Socrate

Etape n°4 :  Faites-vous plaisir ! 

Vous avez appréciez l’article ? Vous pouvez vous abonnez en bas du site et recevoir mes dernières publications. 

Advertisements

5 Comments Add yours

  1. Hind says:

    Très beau article

    Like

    1. Merci pour ta lecture Hind 🙂

      Like

  2. Youssef says:

    Je suis pas fan de la lecture!!! Mais là zak vraiment chapeau… tu as l’art de retenir l’attention de ton lecteur et plus on dans les lignes et puis on se dit pourvu que ce se termine pas… Merci pour tes précieux conseils Zak et sache que je suis très fier de toi! Bravo Frero

    Liked by 1 person

    1. Merci Youssef, content que ça t’a plus 🙂 !

      Like

  3. Laila el hassad says:

    Saluu zaak !! Bon j ai trop aimé surtt que ca représente exactement ce que j avais à la tête a chaque fois que je reporte ou j annule une séance de sport😃😃
    En plus la diversité des idées et la richesse de l articte donne au lecteur de la confiance en toi autant que rédacteur ou ecrivain
    grandes Félicitations de ma part 😉😉

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s